Votre panier

0

Valider

VERTES PÂQUES

Publié par Jeanne Chaumais

A l’instar de Noël, Pâques est une fête qui dégouline de chocolat et donc d’emballages ! Comment limiter nos déchets tout en fructifiant notre plaisir aussi gourmand que créatif ? C-Way le Mag recycle des recettes écolo pour vous offrir des fêtes vertes aussi pauvres en déchets que riches d’espoir (en la résurrection ou réincarnation.)  

Langue, de bois ?

Comment cacher des œufs en chocolat sans emballages dans le jardin sans que pour autant qu’ils fondent au soleil, se noient sous la pluie, ou ne soient dévorer par les rats des champs ?  Tout simplement en les pondant…par le fruit de votre imagination.

En renouant avec la tradition comme avec les religions, vous vous souviendrez alors que traditionnellement, les œufs de Pâques n’étaient pas de chocolat. Car à l’origine, les œufs, cuits et colorés, symbolisaient la naissance du peuple Juif en terre d’Israël ou la renaissance du Christ, selon la résurrection. Alors à vous de (re)nouer avec cette tradition religieuse lors d’une fête familiale de pure tradition.

Des œufs natures

Sans langue de bois, vous ne mentirez à vos enfants, en faisant briller l’espoir de libération, de réincarnation ou de résurrection que célèbrent les fêtes de Pâques en peignant avec eux des galets ou des cailloux aux mille couleurs du passé. Expliquez-leur qu’à chaque teinte luit un jour de la Passion du Christ ou qu’à chaque paillette reluit l’un des quarante jours de jeûne du Christ lors du Carême.

Art figuratif ou abstrait, pointillisme ou cubisme… vos artistes en herbe pourront, à tous les âges, revivre la tradition avec plus ou moins de doigté. Laissez donc parler votre imagination avec celle de vos enfants, en ce jour de communion, d’union avec Dieu comme avec eux. Votre plaisir lui sera intouché car vous pourrez ensuite cacher vos œufs nature dans le jardin et vous amuser à les retrouver. Mais votre quête de foi elle sera pour une fois épargnée de crise foie, car sans cacao et sans déchet.

Mais pour les pécheurs en gourmandise qui ne peuvent se passer de chocolat, achetez-le en tablette – pour épargner la planète d’emballage plastique –  et bio ou équitable pour favoriser l’économie locale.

Des œufs sablés

Pour les plus locaux d’entre vous, réalisez vous-même vos créations chocolatées : poissons, lapins, écureuils, hiboux, à vous d’inventer votre bestiaire de gourmandises. Pour ce, confectionnez un modèle ou un patron en papier-mâché ou en pâte à sel, que vous enduirez du chocolat fondu de votre guise : praliné, au café, au basilic ou à la fleur d’oranger, vous pourrez ainsi parfumer vos fêtes pascales selon votre palais.

Enfin, si vos têtes blondes n’ont pas encore le doigté d’un Patrick Roger ou d’un Alain Ducasse, faites-le pâtissier en réalisant des sablés de Pâques.

La recette des sablés 

250 g de farine – 125 g de beurre- 125 g de sucre – 1 œuf.

Verser la farine et le sucre dans un saladier, puis y incorporer le beurre mou. Casser ensuite l’œuf dans le mélange et malaxer à nouveau. Étaler la pâte ni trop épaisse, ni trop fine. Vous pouvez ensuite découper vos sablés en forme d’œuf (plus facile), ou avec des emporte-pièces en forme de cloche, de lapin ou de lutin !

Des oeufs marbrés

Ils se coulent dans la tendance déco du plus bel effet et demeurent les plus faciles à réaliser, même avec des tout-petits. Car il suffit d’utiliser des œufs de poule dont on aura préalablement vidé le contenu en « gobant » à l’aide d’une paille le jaune et le blanc. On garde la paille dans le trou de l’œuf et dispose sur une feuille trois ou quatre noix de peinture. On vient rouler l’œuf avec la paille dans chaque tache de peinture sur toute la surface de la coquille ; les couleurs ainsi se marbrent d’elles-mêmes. On laisse sécher les œufs quelques heures avant de les utiliser en déco de table ou trésors de jardin.

Des œufs mâchés

Enfin pour n’oublier ni la réincarnation ni la résurrection vivante dans chacun de nos œufs, rien de mieux que de papier mâcher notre tradition pour une déco zéro déchet. On réutilise donc du papier journal et on fabrique une colle à base de farine et d’eau. Votre bambin peut déchirer un journal en bandes d’environ 3 cm, pendant que vous préparez la colle à base de farine (1/2 tasse), à mélanger avec une tasse d’eau puis à verser dans de l’eau frémissante (environ cinq tasses). Ensemble réalisez ensuite les formes que vous souhaitez en enduisant les bandes de journal de cette colle végétale. Laissez sécher 2 heures avant que votre artiste en herbe ne peignent son œuf en papier mâché qu’il aura lui-même pondu.

Rejoignez la communauté
C-way